DANSES A L’ARC


Danse à l'ARC - copie2

GRAND PLAN pour se perdre dans des pensées et des danses.

Elle est devenue chorégraphe. 
Elle est dans une sorte de forêt. 
Sa forêt pourrait être ailleurs mais c’est Porte de La Chapelle.
Son arc est bricolée. D’ailleurs elle n’a pas pris beaucoup de vivres, de flèches 
ni de cours de tir à l'arc japonais. 
Elle ne voit pas tout. Elle se met souvent le doigt dans l’oeil.
Elle va tenter à vue de faire un plan de situation.
Heureusement elle n’est pas seule. 
On aura forcément à faire à une chute.

A propos de la précédente pièce Ballet de Laetitia Angot « L’impression immédiate d’une filiation avec les burlesques, Keaton, Langdon, un mélange de drôlerie et d’angoisse qui passe autant dans le corps, virtuose et élastique, que sur le visage, enfantin et ultra expressif. Le rapport, symbolique mais très concret, avec le « tube » de tissus, mobile onirique sur lequel on peut projeter ce qu’on veut (le monde, le manque, l’autre, l’intériorité…), suscite autant l’émerveillement que le questionnement et le rire. Ce que j’ai vu est aussi authentiquement comique qu’étonnamment existentiel, avec une puissance d’évocation rare… » Arthur Harari, -Glanage d’écrits-