PRATIQUES # MARCHE, POUMONS, POIDS, PLASTICITE, RYTHME


Février 2015 au CIAM

Le CIAM-Chantier d’Activité Artistique à Marseille- propose

6a00d8341c026953ef010536a33de0970b-400wiTemps de Pratiques
avec la chorégraphe Laetitia Angot
21-22-23 FEVRIER 2015

DESTINATAIRES
Le CIAM accueille la chorégraphe Laetitia Angot, récemment installée à Marseille, pour proposer un Temps de Pratiques sur 3 jours dans le cadre de la création des LAACCs : Les Laboratoires d’Actions Artistiques et de Créations Chorégraphiques. Ce temps de pratiques est ouvert à tous dans l’attention au décloisonnement des pratiques. Il ne nécessite aucun pré-requis technique.

ARTISTE ACCUEILLIE Laetitia Angot, Chorégraphe
« Ses danses sont des danses de peu. Elles sont bigarrées : comme suspendues entre minimalisme et baroque. Elles se forment sur le modèle du champignon et-ou du chou-fleur. Elles sont un mode choisi de connaissance, un mode d’avant la pierre, d’avant les mots. Elles s’épanouissent en élaborant des conditions de lisibilité de l’expérience en cours qui les forme. En ce sens elles sont, et brutes et fragiles. Elles sont adressées. Elles s’inscrivent par leur mode de fabrication dans un geste politique : être engagé, en ouverture, dans le goût du frottement aux différences, du métissage, du bricolage. Aussi, elles flirtent avec les danses nées sur le Mississipi, les cake-walks, le butô et le burlesque. Elles expérimentent souvent l’élasticité et le raté à l’endroit du tremblement, de la frappe. Elles sont parfois punk et mélancoliques, pathétiques et grotesques. Les glossolalies qui en sortent, portées par l’air, empruntent à la part la plus archaïque du langage. Elles sont hantées. Elles sont enclines à forer les affects comme des enfants, creuser vers là où s’élabore le degré zéro du signifiant, là où on pourrait surprendre le sens à l’état naissant : peut-être dans le rythme ? Elles se tissent dans la question : « où commence la danse ?». Elles se créent à la rencontre, de soi, de l‘autre. ».
Pour en savoir plus : https://laetitiaangot.wordpress.com/laetitia-angot

CONTENU
MARCHE, POUMONS, POIDS, PLASTICITE, RYTHME

« Étymologiquement, le rhuthmos provient de la racine rhein, « couler ». Mais cette racine ne définit que partiellement la signification du rythme. Il lui manque (…) un facteur éthique. Selon Archiloque (712-648 av. J-C.), le rythme définit « ce qui ordonne a posteriori le chaos des passions, ce qui permet à l’homme de se retrouver dans l’individualité » : « ne pas tomber dans l’excès, ni dans l’exultation de la victoire, ni dans la lamentation de la défaite, mais prendre le plaisir où il se trouve […] saisir le rythme qui maintient (ekhein) l’humanité dans ses attaches. » La notion de rythme nous met donc devant la difficulté de penser ensemble rhein et ekhein, « couler » et « maintenir », autrement dit, de concevoir dans un même paradigme l’ondulatoire et le corpusculaire, le flux et la forme. » Nicolas Heckel, Thèse « Le rythme et la figuration ».

Offrant les outils transmis, élaborés, bricolés au fil de mon parcours et s’appuyant sur les questions qu’ouvrent mon travail personnel, ces 3 jours de pratiques se concentreront sur un profond travail sur la respiration et la modulation des tissus musculaires dans la marche seule et à plusieurs.

Par rebond sera convoqué un travail sur les émotions, les énergies, le souffle, le squelette, les volumes, les appuis, les qualités de contact, les points d’initiation, l’endurance, les étirements et les relâchements, le poids, la plasticité, de soi et de l’autre :
Manière d’improviser, d’être en prise avec les catastrophes de l’espace et du temps ;
Manière d’interroger notre façon de « fluer dans le monde » en compagnie de l’autre, l’autre cet étrange étranger, parfois nous-même.

Cette pratique organise nécessairement un travail sur la présence, la confiance, l’engagement, la nécessité, la conscience des choix, l’improvisation.
Elle se construira à l’écoute des besoins spécifiques de chacun et dans l’observation attentive, l’imitation fine, la fréquentation assidue de la réalité, la pratique accentuée de la relation à soi, mais aussi à l’autre et à la situation.

Je pèse, nous pesons, dansons
Nous sommes en devenir.
L.A.

INSCRIPTION
Réserver avant le 18 février par mail à les.laacc@gmail.com en vous présentant.

DATES DUREE
Samedi 13h-17h Dimanche 10h-13h 14h-17h Lundi 13h-19h (Portes ouvertes au public de 17h à 19h, participation libre des stagiaires)

PARTICIPATION
(lieu et défraiement intervenant) : 90 euros
Tarifs Réduit Anciens : 80 euros

DECOUVERTE
Le samedi de 13h à 17h : 40 euros
*Aménagements possibles en concertation en amont (se signaler)

LIEU
Le CIAM se situe 5 rue Camoin Jeune dans le IVe arrondissement de Marseille (Métro Réformé ou Cinq Avenues, Tram Bd.National). Lieu hébergeant l’association KASHDANCE-CIAM dont le but est d’ouvrir les publics à l’art et à la culture, il s’étend sur 250 m2 avec un coin accueil, des vestiaires équipés de douches et toilettes, d’un salon de réunion pour les compagnies en résidence et d’un studio de danse (parquet 120 m2).

HEBERGEMENT
Hébergement sur Marseille : propositions possibles à faibles coûts, se signaler au plus vite.

ADHESION au CIAM obligatoire pour les nouveaux adhérents (valable 1 an, assurance) : 15 € à l’ordre de CIAM.
*Prévoir de quoi se couvrir et une tenue souple.
CONTACT Laetitia Angot : 06 81 34 19 72 Emai: les.laacc@gmail.com

LES LAACCS AU CIAM week end fev 2015 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s